Comment peut-on définir le climat ?

La réponse de

Auteur Jean-Louis Fellous

Jean-Louis Fellous

Physicien de l'atmosphère, Jean-Louis Fellous a été responsable du satellite océanographique franco-américain Topex/Poséidon. Il a dirigé les programmes d'observation de la Terre du Centre national d’études spatiales (CNES), puis les recherches océaniques de l’Ifremer. Il a été co-président de la Commission mondiale d’océanographie et de météorologie marine (JCOMM) et secrétaire exécutif du Comité international des satellites d'observation de la Terre (CEOS). Depuis 2008, Jean-Louis Fellous est le directeur exécutif du COSPAR, le Comité mondial de la recherche spatiale. Il est l’auteur de plusieurs livres sur le changement climatique.

Centre national de la recherche scientifique
Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat
Partagez

Le climat caractérise l’état moyen de nombreux paramètres, principalement physiques, de l’atmosphère, de l’océan et des surfaces continentales. Le mot « climat » dérive du grec κλίμα qui signifie « inclinaison », en référence à l’inclinaison des rayons solaires commune aux régions de climat semblable. De manière usuelle, le climat désigne la moyenne, calculée sur une longue période de temps (30 ans, par convention, pour les météorologistes), des observations de paramètres tels que la température, la pression, la pluviométrie ou la vitesse du vent, en un lieu géographique et à une date donnés.

Les météorologistes et les climatologues ne s’intéressent pas qu’aux valeurs moyennes mais aussi à d’autres caractéristiques statistiques : valeurs extrêmes (maxima et minima observés), dispersion (écart plus ou moins grand des valeurs observées autour de la moyenne), etc. Ces données apportent des renseignements très importants sur la variabilité naturelle du climat. Elles permettent d’identifier des phénomènes climatiques de période de répétition inférieure à 30 ans, dont l’existence est masquée dans une moyenne, sur cette durée.

Le système climatique comprend l’atmosphère, les océans et les glaces, et les terres émergées. Son fonctionnement est dominé par les échanges d’énergie entre l’intérieur du système Terre et la source solaire externe, et par les échanges entre les trois compartiments principaux qui le composent. Éclairée et chauffée par le Soleil, la surface terrestre réfléchit une partie du rayonnement solaire et elle émet un rayonnement infrarouge dit « tellurique ». Une partie de ce rayonnement tellurique s’échappe vers l’espace et le reste est absorbé par certains constituants atmosphériques.

Glossaire

  • Rayonnement infrarouge
    Rayonnement électromagnétique de longueur d’onde comprise entre 0,78 et 100 micromètres.
Centre national de la recherche scientifique
Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat